Ces enfants sont la responsabilité de toutes et tous. Illi a rencontré Beatrice Beloubad, directrice de SOS Villages d’enfants au Maroc, pour en savoir plus.

ILLI : Combien d’enfants sont actuellement pris en charge par SOS Villages d’enfants?

Béatrice Beloubad : À SOS Villages d’Enfants Maroc, nous avons 2 modes de prise en charge d’enfants.

Tout d’abord, ce que nous appelons l’accueil familial et qui est notre modèle traditionnel de prise en charge. Il s’agit de l’accueil au sein des Villages d’Enfants SOS, d’enfants sans soutien familial qui ont moins de 6 ans et qui sont éduqués par une mère SOS avec des frères et sœurs SOS au sein d’une maison familiale, installée dans un Village d’Enfants SOS. Ce Village comprend en général 10 à 15 maisons familiales. Nous accueillons ainsi 615 enfants et jeunes dans 51 maisons familiales au sein de 5 Villages d’Enfants SOS.

Notre autre mode de prise en charge est ce que nous appelons le renforcement des familles. Ici, nous intervenons pour que moins de femmes abandonnent leurs enfants. Les familles monoparentales (mères seules qui élèvent leurs enfants, le plus souvent des veuves, mais aussi des mères divorcées ou abandonnées par leur conjoint ou encore des mères célibataires) en situation de grande précarité sont encadrées par des formations, des accompagnements. Dans ce cadre, ce sont 665 enfants de 274 familles qui sont suivis.

ILLI : Comment peut-on participer aux actions caritatives ?

Béatrice Beloubad : Les formes de soutien sont très variables, mais celle que nous souhaitons favoriser est le parrainage. Il s’agit pour le donateur de verser une somme modique, à partir de 100 dirhams/mois, mais de la verser sur le long terme. Toutes ces donations ajoutées permettent à l’Association d’assurer la prise en charge quotidienne des 1.280 enfants qui comptent sur nous au quotidien pour aller à l’école, rester en bonne santé et manger convenablement. Il faut savoir qu’en moyenne la prise en charge d’un enfant qui arrive à SOS Villages d’Enfants dure 18 ans.

Le prochain événement qui accueillera les Amis des Villages est la journée de la famille. Elle sera organisée le 17 mai prochain dans les 5 Villages d’Enfants SOS (Ait Ourir à coté de Marrakech, Imzouren près d’Al Hoceima, Dar Bouazza proche de Casablanca, El Jadida et Agadir). Nous invitons les lecteurs sensibles à notre cause à venir nous rencontrer à cette occasion.

ILLI : Quels sont vos besoins en dons ?

Béatrice Beloubad : Nos besoins sont variés et nombreux, ils concernent tout ce dont on peut avoir besoin pour faire grandir une famille très nombreuse et vont de l’alimentation à l’habillement, en passant par les produits d’hygiène, les fournitures scolaires mais aussi tout ce qui peut concerner l’épanouissement personnel des enfants et des jeunes (abonnement à diverses activités). Pour les jeunes, on peut aussi les aider en proposant des stages, du coaching pour une meilleure intégration sociale et ensuite professionnelle. Ce peut être enfin du soutien et de l’accompagnement des tutrices dans le cadre du renforcement de la famille pour les amener vers la mise en place de petites activités génératrices de revenus: achat de machine à coudre, four à gaz, matière première…

Pour le fonctionnement des maisons nous devons changer l’électroménager, la vaisselle, le petit mobilier (tabourets, bureaux) qui ont pris de l’âge (nous fêtons cette année les 30 ans de l’Association), Il faut aussi que nous pensions à la rénovation: l’étanchéité, la peinture, reprendre les installations électriques, de plomberie…

ILLI : Quelles sont les conditions de parrainage ?

Béatrice Beloubad : La motivation de venir en aide à un enfant qui a le droit de grandir dans des conditions convenables. Il suffit de faire un virement permanent sur le compte de l’Association. Tout est expliqué sur notre site internet.

ILLI : Est-il possible de rencontrer l’enfant que l’on parraine ?

Béatrice Beloubad : Nous proposons le parrainage non nominatif d’enfants dans l’intérêt des enfants, parce qu’il est de notre devoir de les protéger. Nos 30 années d’expérience au Maroc nous ont montré que certains enfants s’attachent à leurs parrains et marraines et souffrent terriblement si ceux-ci arrêtent le parrainage. Ils développent par ailleurs des attentes vis-à-vis d’eux, c’est une responsabilité lourde à porter pour nos parrains et marraines. N’oublions pas que les enfants ont déjà souffert de la perte de leurs parents, leur peur de l’abandon est forte. Et puis, les enfants n’ont pas tous des parrains, ce qui crée des sentiments d’injustice entre les enfants d’une même famille SOS.

Nous proposons donc le parrainage nominatif de village d’enfants SOS (à partir de 200 dhs /mois). Ce parrainage, dans ce cas, est lié à un village en particulier et les parrains/marraines reçoivent alors des nouvelles du village choisi et des enfants qui y vivent. Les visites sont alors les bienvenues, 2 fois par an et lors de tous les évènements.

ILLI : Peut-on devenir bénévole ?

Béatrice Beloubad : On peut être bénévole et choisir de partager un savoir-faire avec un groupe d’enfants dans un Village, ou bien plus globalement de soutenir la mise en place d’activités. Nous recherchons deux types de bénévoles: pour accompagner les enfants dans leur développement, mais aussi pour nos actions de collecte de fonds. Le mieux est d’écrire à l’association à l’adresse mail communciation@vesosmaroc.org. Mais je voudrais préciser qu’être bénévole est une action citoyenne qui doit être pensée et réfléchie avant d’être proposée car elle engage et crée des attentes importantes du côté des enfants.

Tout au long de ces années, nous avons eu la chance de pouvoir bénéficier de l’apport de bénévoles qui ont été des modèles et des acteurs de développement pour nos enfants. Ils se reconnaîtront et nous leur adressons ici l’expression de nos remerciements sincères et chaleureux.

Source de l’article : ILLI