Sauver Houria

Sauver Houria

Il n’a pas fallu longtemps à la mère SOS de Houria pour réaliser que sa fille était différente et que son hyperactivité allait nécessiter une attention toute particulière de sa part.

Arrivée âgée de quelques jours à peine dans un orphelinat, Houria avait déjà 4 ans lorsqu’elle a rejoint sa nouvelle famille au village d’enfants SOS de Aït Ourir*. A son arrivée, sa mère SOS Zorha n’avait alors que 2 enfants à charge dans la maison, une chance pour Houria qui présentait d’importants retards de développement et manquait totalement d’autonomie : son vocabulaire, très limité pour son âge, l’empêchait de communiquer avec son entourage, elle ne savait pas manger seule et n’était pas propre.

Après quelques mois, avec l’aide d’un psychomotricien et grâce aux longues heures passées avec sa mère attentive et patiente, Houria a réalisé les progrès indispensables à son intégration complète au village, acquérant les principes de base de l’autonomie qui permettait d’envisager sa scolarisation. Mais quelque chose n’allait toujours pas. Zorha avait bien noté que le comportement incontrôlable de sa fille lorsque d’autres enfants interféraient dans ses jeux et ses colères redoutables exprimaient sans doute un trouble au delà du normal… Le jardin d’enfant est alors venu confirmer les inquiétudes de la maman : en l’espace de quelques semaines, Houria se fit renvoyer à cause de son comportement extrêmement perturbateur, la petite fille ne cessait d’arracher et casser les jouets de ses camarades, empêchant par ailleurs les enfants de faire la sieste ; la maîtresse débordée ne pouvait plus faire face. Ce que Zorha avait pris pour un besoin irrépressible d’être le centre de l’attention de la part d’une petite fille ayant manqué de sécurité et de prise en charge adaptée dans sa petite enfance à l’orphelinat cachait en réalité une difficulté bien plus grande et profonde.

Depuis, des tests ont montré que Houria souffre d’hyperactivité, une problématique qui a été correctement diagnostiquée et est prise en charge très sérieusement par l’équipe éducative du village d’enfants SOS. Depuis son entrée en primaire, Houria voit, chaque semaine, un psychologue et depuis peu, elle se rend régulièrement à Casablanca pour voir un pédo psychiatre qui complète sa thérapie. La mère de Houria a aussi effectué un important travail auprès de sa fille pour lui permettre de comprendre son trouble et de l’accepter afin de mieux le dépasser. Les frères et sœurs de Houria sont eux-aussi activement impliqués ; car avoir une grande sœur qui fait tant de bêtises quotidiennement est un exemple qu’il est parfois difficile de ne pas suivre dans une fratrie ! Aussi, Zorha a instauré une règle à la maison, lorsque Houria fait une bêtise, elle doit s’excuser auprès de ses frères et sœurs et leur demander de ne pas l’imiter, et c’est une tactique qui porte pour le moment ses fruits. La famille qui comporte aujourd’hui 8 enfants a trouvé un équilibre dans lequel chacun a sa place et qui permet à Houria de ne pas être seule face à ses difficultés.

Après avoir été renvoyée de nombreuses écoles à cause de son comportement hyperactif qui perturbe la classe, Houria est depuis quelques mois dans une nouvelle école pour enfants à besoins spécifiques où sa différence est plus encadrée. Elle progresse doucement et l’été dernier pour la première fois, Houria a pu partir en colonies de vacances et vivre des moments d’enfance heureuse comme ses frères et sœurs en dehors du village d’enfants SOS. Mais à une condition : que sa mère SOS l’accompagne et s’occupe d’elle, tant pour le bon déroulement de la colonie que pour le développement de Houria qui ne progresse jamais tant que lorsque sa mère SOS se consacre totalement à elle.

En définitive, malgré ses difficultés, Houria est une petite fille très attachante, drôle et souriante, pleine de vie, et dont la sensibilité ne laisse personne indifférent. Sa mère SOS a une tendresse particulière pour sa fille qui la cajole et la console lorsqu’elle-même est malade. Zorha sait que Houria souffre de sa différence et de sa personnalité complexe qui la conduisent souvent sur de mauvais chemins, mais elle garde espoir qu’avec les années et le suivi individualisé dont elle bénéficie, Houria saura trouver un certain équilibre et s’épanouir.

Vous aussi, vous pouvez contribuer à sauver encore plus d’enfants en devenant parrain ou marraine SOS !

Compétences

Posté le

23 février 2016