Mama Zhor, vers une évolution du modèle de mère SOS

Mama Zhor, vers une évolution du modèle de mère SOS

Discuter avec Zhor, mère mentor du village d’enfants SOS de Dar Bouazza, est toujours très enrichissant. Elle, qui se consacre depuis plus de 15 ans à faire grandir les enfants qu’elle n’a pas eus pour leur offrir l’affection et la protection dont ils ont besoin. ‘’Ces enfants ne demandent rien d’autre à part qu’on leur tende la main’’ selon elle et c’est ce rôle qu’elle s’efforce de remplir en travaillant au quotidien auprès d’eux.
Depuis qu’elle a commencé son travail avec SOS Villages d’Enfants, Zhor a régulièrement suivi des formations pour toujours répondre au mieux aux besoins des enfants dont elle s’occupe. Elle a toujours eu à cœur d’en apprendre davantage pour offrir la meilleure prise en charge aux enfants.
Depuis peu, Zhor travaille dans le cadre d’une évolution du modèle de mère SOS et qui réunit désormais deux mères SOS au sein de la même famille. Les deux mères cohabitent ensemble dans la même maison et travaillent avec des horaires rotatifs. Ce nouveau modèle représente pour les enfants une chance d’avoir deux référents affectifs qui se complètent, dans un modèle un peu plus proche d’un modèle classique qui comprend deux parents. L’attachement à ces mères de cœur, professionnelles et engagées n’en sera pas moins fort, mais la complémentarité des approches sera bénéfique pour les enfants.

SOS Villages d’Enfants agit toujours dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Aussi, et de la même manière que nous faisons en sorte que les enfants qui grandissent sous notre tutelle connaissent le monde extérieur pour s’ouvrir à la société et y trouver plus tard une place, les mères ont également la possibilité de s’ouvrir sur l’extérieur et d‘avoir une vie en dehors du village d’enfants SOS pour mieux accompagner les enfants dans leur apprentissage et leur progression et adapter leur éducation à la société qui les entoure.

Cette coupure avec la vie au village permet à la mère SOS de prendre du recul pour avoir une énergie nouvelle et trouver une meilleure approche dans sa manière d’éduquer ses enfants. ‘’Quand je rentre chez moi, je peux réfléchir à tête reposée aux problèmes rencontrés lors de ma journée de travail pour trouver les bonnes solutions et mieux aider mes enfants’’ confirme Zhor.

Cette nouvelle approche de prise en charge est aussi un signe fort pour les enfants. Leur montrer qu’une vie peut exister en dehors de SOS Villages d’Enfants, même pour leur ‘’maman’’ qui vient et part à présent chaque jour dans son autre ‘’chez elle’’, leur donne implicitement le droit eux aussi de la quitter pour voler un jour de leurs propres ailes. Cette dynamique s’intègre dans notre processus global pour préparer les enfants dès leur plus jeune âge à devenir plus tard des jeunes adultes épanouis et indépendants.

‘’Nous venons de commencer et ne pouvons pas constater les résultats immédiatement, mais je suis sûre que ce modèle portera ses fruits et encouragera les jeunes à être plus indépendants’’. Pour l’heure, Zhor nous quitte pour vaquer à ses occupations et finir de préparer le bon goûter qui accueillera les enfants au retour de l’école. Ce soir, elle rentrera chez elle, non loin du village, prendre du temps pour elle, loin de ses enfants pour mieux les retrouver au petit jour.

Compétences

Posté le

5 avril 2016