Livrés à eux-mêmes, combien de temps auraient-ils survécu ?

Livrés à eux-mêmes, combien de temps auraient-ils survécu ?

En 2011, Keltoum, mère SOS, accueillait une fratrie de 5 enfants. Déscolarisés et livrés à eux-mêmes depuis de longs mois après la disparition de leurs parents, ils survivaient dans des conditions de dénuement grâce à d’occasionnels dons de nourriture de leurs voisins lorsqu’enfin un regard d’adulte bienveillant s’est posé sur eux et les a orientés vers notre association.

Ce fut pour eux un réel soulagement que de retrouver des conditions de vie décentes au village d’enfants SOS, et la protection d’adultes. Depuis un an, petit à petit, chacun d’eux a regagné le droit d’être un enfant et nous sommes heureux de partager leur progrès avec vous qui les soutenez aussi :

Sanaa, l’aînée de 12 ans, très courageuse, a déjà un sens de la responsabilité bien ancré. Comment pourrait-il en être autrement alors que la vie ne lui a pas laissé beaucoup d’espace pour l’insouciance. Depuis son arrivée au village, Sanaa a pu rattraper un peu le temps perdu et a su se faire beaucoup d’amies. Elle a redécouvert aussi le plaisir de dessiner, son passe-temps favori. Malgré son retard scolaire, Sanaa manifeste un réel désir d ‘apprendre.

Mohammed, 11 ans, très complice de sa grande soeur, a aussi fait preuve de ténacité : il a très bien réussi l’année scolaire. Passionné de football, ce petit garçon est naturellement inscrit au club de foot d’El Jadida !

Latifa, et Hamadi, âgés respectivement de 7 et 6 ans, ont eu plus de difficultés que leurs aînés à l’école. Pour les aider à réussir leur CP, des cours de soutien leur ont été proposés avec l’aide d’une orthophoniste. Des activités spécifiques ont été aussi programmées pour aider Hamadi à surmonter sa grande timidité : des petites responsabilités lui sont confiées, et il est inscrit au Karaté. Latifa, quant à elle, prend des cours de mini-tennis.

Hassan, le benjamin, qui a maintenant 3 ans et demi nous a d’abord beaucoup inquiétés. Arrivé en état de choc, ce petit garçon est resté longtemps sans dire un mot. Surdité et retard de croissance ont été envisagés. Mais tout doucement, Hassan a commencé à prendre la parole. Sa prononciation est encore imparfaite, mais toute l’équipe est rassurée de le voir progresser ainsi.

Auprès de leur mère SOS Keltoum qui les entoure d’affection, Sanna, Mohammed, Hamadi, Latifa et Hassan ont retrouvé la chaleur d’un foyer, le sourire et l’énergie pour grandir.

Compétences

Posté le

23 février 2016