Les joies de la vie de famille

Les joies de la vie de famille

Hanane fait partie des premiers enfants pris en charge par une famille d’accueil et nous sommes allés à sa rencontre.
Lorsque nous sommes arrivés à Berrechid ce jour-là, Hanane nous attendait déjà à la sortie de gare, pour nous conduire le sourire aux lèvres vers sa nouvelle maison.

Hanane vit en effet chez Bahia, son mari et ses trois filles depuis plusieurs mois.
Sur le chemin, elle nous raconte la différence entre sa vie d’avant, à l’internat où elle se sentait terriblement seule et sa vie d’aujourd’hui qui la rend heureuse et l’épanouit pleinement.

Hanane, pour poursuivre ses études, avait quitté, comme tous les jeunes de son âge le village d’enfants SOS dont elle était issue pour aller vivre à l’internat. Ses soirées n’étaient pas très gaies et elle passait beaucoup de temps pour se réconforter à communiquer sur WhatsApp avec son frère de cœur SOS, Réda, qui vivait à Casablanca dans une famille d’accueil. Réda racontait à Hanane les moments heureux qu’il passait avec sa nouvelle grand-mère, Mima, lorsqu’il rentrait de l’école, et puis les séances de devoirs avec Khalid, le père de la famille qui lui expliquait tellement bien ce sujet casse-tête qu’étaient les fractions… Hanane ne pouvait s’empêcher de comparer la vie joyeuse de Réda, à la sienne, un peu terne, à l’internat. Hanane a pris la décision de faire une demande à l’association pour être acceptée en famille d’accueil, même si de manière générale, les enfants partent en famille d’accueil un peu plus jeunes. Et c’est ainsi qu’elle a rejoint Bahia et sa petite famille en septembre 2015.

Arrivées à la maison la maman de la famille, Bahia nous accueille avec le sourire, et c’est autour d’un thé que la discussion continue.
Bahia est la sœur de Khalid, le père de la famille d’accueil dans laquelle habite Réda. La sœur de Bahia à Lille, tout comme son frère au Maroc, sont déjà familles d’accueil et c’est tout naturellement que Bahia a décidé d’ajouter un nouveau membre à sa petite famille en la personne de Hanane.
« Je prends beaucoup de plaisir à être la nouvelle maman de Hanane », dit-elle en posant un regard affectueux sur la jeune fille. « C’est vraiment naturel pour moi. ».
Le contact est d’ailleurs passé tout de suite. Et de son côté Hanane avait tellement entendu parler Réda des petites choses qui formaient son quotidien qu’elle avait hâte de construire le sien dans sa seconde famille.

L’été a permis à l’association de finaliser le placement aussi bien d’un point de vue légal que d’un point de vue pédagogique avec Bahia, et, c’est accompagnée de Malika, la chargée de suivi des familles d’accueil, que Hanane a rejoint sa famille, pour construire les prochaines étapes de sa vie.
Aujourd’hui, un an plus tard, la façon dont Hanane parle de ses sœurs est vraiment touchante : des batailles de polochons aux devoirs faits ensemble le quotidien de Hanane respire une joie de vivre simple, et sereine de celle qui anime toute les familles unies.

« Ce sont quatre sœurs normales, dans une famille normale confirme Bahia en souriant. Par exemple elles peuvent passer leurs soirées à discuter dans leur chambre et à essayer toutes les manières d’accommoder leurs tenues… En fait elles sont très complices. »
Et puis comme Réda le lui avait si bien décrit, Hanane a trouvé bien plus qu’une mère, un père et des sœurs. Elle a aujourd’hui, des oncles, des tantes, des grands parents… Une famille élargie sur laquelle elle espère pouvoir compter durant toute sa vie.

Il y a aussi toutes ces choses qui font le quotidien d’une famille en ville que Hanane découvre jour après jour, et en premier lieu les visites fréquentes des membres de la famille et des amis à la maison. Hanane se souvient amusée des premières fois où des amis de la famille étaient venus en visite à la maison. Hanane leur avait à peine dit bonjour et avait passé très peu de temps en leur compagnie. Bahia lui a par la suite expliqué que les usages de la société veulent qu’elle honore ses invités, et qu’elle leur consacre du temps lorsqu’ils viennent rendre visite à la famille. « Hanane s’exécute aujourd’hui avec bonheur nous raconte Bahia, puisque c’est la première à servir le thé ou à raconter des anecdotes sur ses journées à l’école, lorsque famille et amis sont réunis autour d’un thé. »
« Mon expérience dans cette famille d’accueil m’a aussi permis de m’intégrer socialement confirme Hanane, je pense que c’est important ».

Elle continue en souriant : « Ce n’est pas parce que je suis en famille d’accueil que l’ai coupé les liens avec ma famille SOS. Bien au contraire. Malika m’appelle à l’occasion de tous les ateliers d’orientation et vient nous rendre visite souvent. D’ailleurs, lors de la journée de la jeunesse organisée par l’Association, j’ai tenu à témoigner sur mon quotidien dans ma famille d’accueil. J’avais envie d’expliquer aux jeunes avec qui j’ai grandi, que leur avenir peut se dessiner à l’extérieur des villages d’enfants SOS au sein d’une nouvelle famille ».

Sur le chemin du retour ses dernières paroles résonnent encore comme une note d’espoir pour les générations à venir :         « Aujourd’hui nous a-t-elle dit, je me sens sereine. Je sais que j’ai toutes ces personnes autour de moi qui ne me laisseront pas tomber : Ma mère SOS, ma mère adoptive, mes frères et mes sœurs de cœur et puis toute l’équipe de l’association. Tout ira bien ».

Compétences

Posté le

1 août 2018