Lutter en amont contre l’abandon des enfants

SOS Villages d’Enfants Maroc agit en amont afin d’éviter l’abandon des enfants en renforçant les communautés et en soutenant des familles monoparentales fragiles pour que les enfants puissent grandir dans leurs familles.

Les programmes de lutte contre l’abandon des enfants, que l’on appelle « Programmes de Renforcement de la Famille », nous permettent de venir en aide à des enfants en danger, qui courent le risque d’être abandonnés ou dont les droits risquent d’être bafoués (abandon scolaire, travail …) et de permettre à des mères seules et en grande détresse de garder leurs enfants auprès d’elles et de les élever dignement.

Une intervention à trois niveaux

Au sein de ces programmes, nous apportons en premier lieu une réponse aux besoins fondamentaux des enfants (alimentation, scolarité, soins médicaux, état civil). Parallèlement, les mères reçoivent une formation professionnelle ou bénéficient d’une orientation professionnelle, d’un appui psychologique et parfois d’un soutien juridique afin de s’insérer dans la vie active. L’objectif étant qu’à terme, la famille devienne autonome et que la mère puisse prendre en charge durablement ses enfants.
Enfin, nous travaillons étroitement avec les autorités locales et des associations partenaires afin de dupliquer le programme et de permettre à d’autres associations locales de prendre le relais de notre action pour en assurer la pérennité à long terme.

Des lieux d’intervention ciblés

Les programmes de renforcement de la famille opèrent dans les régions où la précarité sévit le plus et le besoin est le plus urgent. Ainsi l’association a soutenu plusieurs familles dans les quartiers de Sidi Moumen, Sidi Bernoussi, Hay Mohammedi et Rahma, des quartiers en périphérie de Casablanca. À Sidi Bernoussi, un centre d’accueil et de qualification des femmes en situation de grande précarité a été financé par la Préfecture dans le cadre de l’INDH et a permis d’offrir à des femmes une qualification en restauration, pâtisserie, couture, fabrication de bougie et verrerie. Certaines d’entre elles ont à présent créé des coopératives et sont en bonne voie d’autonomie.

Les villages d’enfants SOS d’Imzouren et El Jadida ont eux aussi ouvert des programmes qui bénéficient des infrastructures et de l’expertise du village pour venir en aide à 250 enfants.